Logo journal du hacker middle
  1. 9

Utilisant Linux depuis près de 20 ans, je ne peux qu’être d’accord et confirmer le nombre grandissant de problèmes et l’illogisme de beaucoup de choix technique actuel. Je ne savais pas pour la fusion de la racine avec /usr, mais ça veux dire que je ne pourrais plus faire de système diskless du type DRBL…

  1.  

  2. 3

    Je suis d’accord avec beaucoup de choses qui sont dites dans ce billtet.

    Moi même je suis passé à devuan pour éviter systemd.

    L’autre système qui commence à m’énerver c’est gnome. Souvent je lis «Comment faire ceci/cela sous Linux», et en réalité l’article ne parle que de gnome (lui même assez imbriqué à systemd).

    La dernière brique au mur qui va bientôt séparer les utilisateurs de GNU/Linux entre utilisateurs de desktop avec 32 Go de Ram et 4 To disque dur, c’est les utilisateurs orientés sys admin et embarqué, c’est les systèmes de gestion de paquets comme Snap ou Flatpak.

    Je n’en suis pas encore à migrer vers un BSD, mais j’hésite de plus en plus…

    1. 1

      Ayant expérimenté FreeBSD, j’ai trouvé bien avenue sa simplicité et j’ai aussi compris quelque chose de très important : un système configurable n’a pas forcément besoin d’être obscur. FreeBSD est très simple dans sa manière de s’en servir, on peut quasiment tout faire avec le handbook. À côté Linux parait bien plus bloated et c’est probablement du à la mainmise de certains industriels dans les projets. Par exemple systemd est un outil RedHat avant tout utile pour eux ou pour leurs clients. J’ai jamais eu de gros ennui avec systemd mais pour moi sur une station de travail il n’apporte aucune plus-value.