Logo journal du hacker middle
  1. 9
  1.  

  2. 2

    Est-ce que c’est en réaction à cet article honteux du blog de StackOverflow ?

    1. 1

      M’enfin, ça ne se pose pas ce genre de question ! C’est comme demander de quelle couleur est le cheval blanc d’Herni IV… :-P

      1. 1

        Depuis le temps que je lis que Vim permet d’augmenter la productivité… Mais comme l’auteur de l’article, à chaque fois que je l’ai démarré j’ai pris un mur dans la gueule.

        Quels sont les raccourcis ? Pourquoi ceux-là ? J’ai pris peur… et je suis retourné sur mon IDE préféré.

        Je ne suis pourtant pas réfractaire au changement, seulement quand il m’est impossible d’y trouver de la valeur ajoutée, j’ai du mal.

        C’est une certitude : j’ai besoin de réapprendre à marcher. J’ai besoin de courage pour affronter cette courbe d’apprentissage, rien d’autre.

        1. 4

          Je me suis pris plusieurs fois un mur aussi en essayant de passer à Vim, puis j’ai eu un déclic quand j’ai compris que les touches d’actions forment des mots. Par exemple “dw” pour “delete word”, “d3w” pour “delete 3 words”, etc. Ensuite c’était beaucoup facile pour comprendre et retenir les commandes. Le tutoriel intégré à Vim est d’une grande aide pour ça.

          1. 1

            Les touches fléchées sur hjkl, c’est juste historique parce que le créateur de Vi travaillait sur un terminal sans les flèches. La touche Échap pour changer de mode c’est parce que sur son clavier cette touche était située à la place de Tab. Après le mieux c’est sûrement d’y aller à son rythme. Le point fort de Vim c’est aussi le vim-mode disponible dans plusieurs éditeurs comme VSCode ou JetBrains, ce qui permet de garder ses habitudes en changeant d’outil.