Logo journal du hacker middle
  1. 8
  1.  

  2. 4

    Attendre après Google c’est en quelque sorte accepter qu’ils aient autant de pouvoir sur le Net, je trouve ça malsain. D’autant plus que ceux qui ont des petits sites autohébergés et qui ont la malchance de ne pas avoir d’IPv6 vont être encore plus enterrés dans les résultats face aux gros sites. Heureusement Google ne fera pas ça. Ils l’ont fait pour HTTPS pour des questions de sécurite, mais IPv6 n’est pas une question de sécurité. Ils ne vont pas saboter leurs résultats de recherche pour des questions de norme.

    Au bout d’un moment il faudrait se poser la vraie question : est-ce que IPv6 n’est pas tout simplement une mauvaise norme ? Si ça date de 1998 et que ce n’est pas encore adopté, peut-être que ce n’est pas juste la faute des autres mais que la norme est trop complexe, overkill, que ça casse trop de compatibilité avec IPv4. Une norme intermédiaire identique mais avec des adresses codées sur 48 bits (par exemple) ça aurait été sûrement suffisant.

    Pour reprendre l’analogie des numéros de téléphone : en Amérique du nord les indicatifs interurbains ont été mis en place en 1947. Depuis le système a toujours été évolutif, les numéros sont toujours à 10 chiffres, malgré l’explosion des mobiles et des numéros IP.

    1. 1

      Top cet article ! Jai tout de suite pense à ce qui est dit en conclusion : il va falloir que Google force la main des différents acteurs pour que ce soit vraiment déployé :

      • gros avantage à la V6 pour le referencement,
      • le jour ou Google n’est plus accessible en ipv4, la V6 sera rapidement déployée partout.
      1. 2

        C’est triste à dire mais ouai.

        Mais c’est un triste constat tout de même qu’ils aient une si grande force de frappe au point de pouvoir pousser l’internet au cul comme ça.

        1. 1

          C’est certain. Il a cependant l’importance qu’on veut bien lui donner. “Soyez résolus à ne plus servir et vous serez libres”.